Connectez-vous S'inscrire





Marance : Le Magazine des Marocains du Monde

Vendredi 24 Octobre
11:29

Appel pour une réforme bancaire relative à la prise en charge des frais d’obsèques



Devant la multiplication des situations dramatiques dans lesquelles se retrouvent nombreux compatriotes marocains qui ne vivent pas en famille, en cas de décès à l’étranger, pour être enterrés ou rapatriés au Maroc : blocage des comptes et avoirs bancaires, refus systématique des prestataires du funéraires d’avancer des frais d’obsèques, il est nécessaire qu’une mesure soit étudiée et mise en pratique le plus rapidement possible.



Appel pour une réforme bancaire relative à la prise en charge des frais d’obsèques
L’action caritative des institutions marocaines tout comme les élans de solidarité spontanés que nous observons doivent continuer à bénéficier aux nécessiteux, aux sans argent et aux gens dans une grande détresse financière. Mais nos compatriotes qui vivent seuls, qui disposent d’un compte bancaire dans un établissement marocain parce qu’ils n’ont pas souscrit un contrat obsèques ou n’ont pas donné de leur vivant une procuration à un proche, se retrouvent dans cette même difficile également et ceci est tout autant injuste que choquant.

Nous appelons à un changement des pratiques bancaires qui doivent intégrer cette difficulté dans leur gestion des comptes de nos compatriotes à l’étranger. Une réforme est plus que nécessaire. Elle nous met tout autant en conformité avec l’éthique musulmane qui nous fait obligation de procurer une sépulture à un musulman et apporte une solution pragmatique à des situations sociales dramatiques et détestables que nous ne pouvons plus tolérer. En conséquence nous proposons à l’examen l’objet de la réforme suivant :

Tout ressortissant marocain résidant à l’étranger, titulaire d’un compte dans un établissement bancaire marocain, doit automatiquement pouvoir bénéficier d’une prestation enterrement ou rapatriement en cas de décès à l’étranger et ce même sans avoir souscrit un contrat obsèques.

En l’absence d’ayants droits ou de mandataire, les services bancaires doivent assurer les frais d’obsèques avec possibilité de reprises sur succession.

* Directeur de l'Observatoire Gérontologique des Migrations en France. Chargé d'enseignement en gérontologie, UPCM Paris 6 et l’Université de Lille I. Expert auprès du Conseil de l’Europe et consultant auprès de la Fondation Hassan II pour les MRE. Rabat, Maroc. Président fondateur du Comité d'Aide aux Maghrébins Agés en France (1987)

Mercredi 8 Février 2012
Omar Samaoli*

        

Nouveau commentaire :
Twitter

Editorial | Actus | Marocains du Monde | Economie et Finance | Immobilier | Juridique / Fiscalité | Cultures | Immigration | Religion | Fatwas | Focus | Interview | Opinions | La Chronique de l'IMRI | Vidéos | Communiqués de presse | Analyses